l'alsace historique
   
PAGE ACCUEIL
  VISITES GUIDEES
Bergheim
Colmar
Ebersmunster
Eguisheim
Hunawihr
Kaysersberg
Ribeauvillé
Riquewihr
Sélestat
Strasbourg
   
  EVENEMENTS
Visites musicales
Événements d'hiver
Événements d'été
   
  PAGES SPECIALES
Qui suis-je
Mes publications
Les amis artistes
Et alors...Noël
   
  PAGES UTILES
Tarifs
Liens
   
   
   
   
   
 

L’église gothique du pittoresque village viticole de Huwawihr (entre Ribeauvillé et Riquewihr) doit une bonne partie de sa célébrité à son implantation, sur un promontoire dominant l’agglomération, comme suspendue dans son environnement de vignes, nettement détachée des habitations, fière et vigilante à la fois.

Fondé peut-être dès l’époque carolingienne, le sanctuaire est mentionné en 1114 comme relevant du chapitre de Saint-Dié. La première grande caractéristique de cet édifice est qu’il s’entoure d’une enceinte dont certains éléments laissent penser qu’elle existait déjà au 12ème siècle. Remanié au 15ème s. pour s’adapter aux armes à feu, ce mur de fortification comprend six bastions semi-circulaires percés de meurtrières. Entre l’enceinte et l’église s’alignent les tombes de ce que l’on peut considérer comme le cimetière fortifié le mieux conservé d’Alsace.

Le clocher, qui pourrait remonter au 14ème s., semble la partie la plus ancienne de l’édifice. Mais des fondations romanes ont été repérées en fouille, confortant l’hypothèse d’un pèlerinage, déjà très vivace au 11ème siècle et dédié à Sainte-Hune, « patronne » légendaire.
Le choeur de l’église primitive fut d’abord abrité par ce clocher. Au 15ème s., le rez-de-chaussée voûté reçoit un décor peint que l’on redécouvre à la fin du 19ème s. et que l’on restaure en 1965. Deux registres superposés retracent, d’ouest en est, la vie de Saint-Nicolas, ainsi que la légende des miracles qui se seraient accomplis après sa mort. Sur le mur oriental, une scène de la hauteur de deux registres montre le Couronnement de la Vierge et paraît d’exécution plus tardive.

En 1524, un ambitieux projet d’agrandissement de l’église, désormais placée sous le vocable de Saint-Jacques-le-Majeur, commence à se concrétiser par l’élévation d’un nouveau choeur, à cinq pans d’abside, voûté en résille et que l’on accole au mur sud du clocher. Ce nouveau choeur est flanqué au sud par une sacristie également voûtée, elle même précédée sur son côté occidental par une travée faisant office de croisillon et s’ouvrant au nord et à l’ouest par deux arcs brisés. Le pilier recevant ces arcs est traversé de manière originale par un amusant accès à la chaire.

L’extension de l’édifice est stoppée en 1534 par l’introduction de la Réforme. L’église devient alors un temple protestant.
A l’extrémité ouest de la nef plafonnée du 15ème s., une tribune porte un orgue de 1765, remanié au 19ème s. par la célèbre manufacture Callinet.
L’autre grande caractéristique de l’église historique de Hunawihr est que depuis 1687 elle sert à la fois aux catholiques et aux protestants. C’est le régime du simultaneum, une solution qui continue de concerner en Alsace un certain nombre d’édifices religieux.

La visite du village de Hunawihr peut se concevoir en complément de celle de l’église et du cimetière fortifié. Ce sympathique bourg fait partie de la fameuse Association des cent plus beaux villages de France. Et s’il reste du temps, pourquoi ne pas le consacrer aux attractions rares que constituent, en bordure de route des vins, le parc des cigognes ou la serre des papillons.

 

Vue du ciel Clocher de l'église fortifiée
Le choeur L'escalier vers la chaire
Peinture murale
(XVème s.)
Détail de l'enceinte